Bienvenue sur le site de l’ARGV !

Bienvenue sur le site de l’ARGV !

Vincent Lambert, un sacrifié ?

Aujourd’hui, le tout sécuritaire, (précautions sanitaires, dispositions pour éviter toute sorte d’accident, etc.), montre la souffrance et la mort comme des anachronismes dans l’évolution de l’humanité. La peine de mort étant abolie, on va donc s’insurger devant la mort de soldats pourtant en première ligne. Cette espèce de nouvelle philosophie tend à gommer des esprits, la notion de mort qui pourtant est la finitude normale de tous les corps organiques. L’entropie régule encore chaque chose dans l’univers.
De prime abord, mon propos peut paraître iconoclaste surtout quand on sait que l’immortalité de l’homme ne relève plus, pour beaucoup, de l’utopie, il veut simplement mettre en exergue une espèce de fuite en avant qui nous dirige petit à petit vers une politique vouée à l’eugénisme et niant la logique même de l’existence, la mort.
La souffrance et la mort ne sont plus envisageables. Le cas de Vincent Lambert est venu perturber la vision idyllique de la vie et de son respect. Les religions, en particulier le catholicisme, leur donnaient un sens. La souffrance et la mort fournissaient à chacun l’occasion de faire l’expérience complète de l’humanité. Il y a une ‘’déshumanisation’’ devant la fuite de ces deux phénomènes. Le désintérêt pour la religion, laisse l’homme dans le désarroi devant ce qu’il réfute et qui est pourtant constitutif de son essence.
Pour Vincent Lambert, la maladie était incurable, toutefois on peut se poser la question de savoir si on a le droit de supprimer la vie d’un être humain même en état végétatif ? Quoi qu’il en soit, au vu des règles en vigueur, la décision prise de le débrancher constitue au regard de notre société, un crime. L’incurabilité de cet homme marque de toute évidence un échec du progrès. Est-ce pour atténuer cet échec qu’il a été sacrifié ?
Notre société ôte à la mort sa dimension physique, palpable, charnelle et spirituelle, et elle oublie la finitude de nos corps. Le corps vulnérable du malade incurable devient une insulte aux dispositions psychosociales. La mort est une insulte à notre orgueil. Comment alors aborder l’euthanasie ?
Vincent Lambert a été la victime d’un état-nation qui se substitue à la religion et veut répondre aux questions philosophico-religieuses en adoptant une constitution fourre-tout, laissant ainsi par incompétence, ceux qui souffrent dans un désarroi profond.
Cet article sur le cas Lambert n’est pas une prise de position pour ou contre son maintien en vie, il veut simplement alerter sur ces états-nations qui au nom de la laïcité s’accaparent des pensées philosophiques, confisquant par résonnance, les valeurs sentimentales.
DS